Les chercheurs d’AMAPOL (présentation en français)

Luca Addante (Turin)

Professore associato à l’Università degli Studi di Torino, spécialiste d’histoire culturelle et intellectuelle de l’Italie à l’époque moderne, il est notamment l’auteur de I cannibali dei Borbone. Antropofagia e politica nell’età moderna (Laterza, 2021).

Contact: luca(dot)addante(at)unito(dot)it

 

Zélie Baud (Nantes)

Doctorante en histoire contemporaine et enseignante à l’université de Nantes, membre du Centre de Recherches en Histoire Internationale et Atlantique, elle est spécialiste d’histoire religieuse du XXe siècle. Sa thèse en cours sous la direction de Matthieu Brejon de Lavergnée, débutée en 2022, porte sur les proclamations de martyrs catholiques au XXe siècle, saisies dans leurs enjeux politiques et mémoriels.

Contact: zelie(dot)baud(at)univ-nantes(dot)fr

 

Alberto Cañas de Pablos (Alicante)

Docteur en histoire de l’Universidad Complutense (2019), il est profesor ayudante doctor à la Universidad Complutense de Madrid. Parmi des publications diverses sur l’héroïsme, les cultures militaires et les généraux politiques européens et américains du XIXe diècle, il est notamment l’auteur du livre Los generales políticos en Europa y América. Centauros carismáticos bajo la luz de Napoleón (Alianza, 2022). Dans le cadre de son projet en cours, “Memoria, mitos de guerra y los usos públicos de la historia de 1808-1814”, il croise la question du martyre politique (mémoires de guerre des vétérans italiens de la Grande Armée, circulations militaires, mémoire du héros du 2 de mayo Jacinto Ruiz à Madrid).

Contact: acpablos(at)ucm(dot)es

 

Fulvio Conti (Florence)

Professore ordinario en histoire contemporaine à l’Università degli Studi di Firenze, il consacre ses travaux à l’identité nationale et aux mémoires collectives dans l’Italie des XIXe et XXe siècles. Il s’est intéressé à l’histoire de la mort et des pratiques funéraires, en prêtant une attention spécifique à l’histoire de la crémation, asisie dans ses implications hygiéniques, sanitaires et idéologiques. Il a mené des recherches sur le culte des martyrs pendant le Risorgimento, puis sur le culte des morts après la Première Guerre mondiale, sujets auxquels il a notamment consacré le livre Massoneria e religioni civili. Cultura laica e liturgie politiche fra XVIII e XX secolo (Il Mulino, 2008) et le recueil d’articles Italia immaginata. Sentimenti, memorie e politica fra Otto e Novecento (Pacini, 2017). Son dernier livre publié porte sur Dante et l’identité nationale italienne (édition italienne Carocci, 2021, traduit en espagnol aux Prensas de la Universidad de Zaragoza). Pour AMAPOL, il s’intéresse notamment aux formes de dévotions aux saints laïques et aux reliques politiques sur lesquels elles reposent (culte de figures illustres, comme Galilée ou Ugo Foscolo, et mythification d’acteurs politiques dans l’Italie de la période libérale, comme Felice Cavallotti, Antonio Fratti ou Amilcare Cipriani).

Contact: fulvio(dot)conti(at)unifi(dot)it

 

Gian Luca Fruci (Pise)

Professore associato en histoire contemporaine à l’Università degli Studi di Pisa, il est docteur en histoire politique de l’EHESS et de la Scuola Superiore Sant’Anna. Ses recherches suivent deux axes principaux: l’histoire matérielle et conceptuelle de la démocratie (archéologie du suffrage universel et des plébiscites) d’abord, la médiatisation de la politique ensuite, à travers les circuits de communication, les célébrités politiques et la visualisation des processus électoraux. Outre des articles et contributions nombreux sur ces sujets, il a notamment codirigé le catalogue de l’exposition Icone politiche. Celebrità e nuovi media al tempo del Risorgimento (avec Alessio Petrizzo, Mantoue, 2018) et le volume Il lungo Ottocento e le sue immagini. Politica, media, spettacolo (avec Vinzia Fiorino et Alessio Petrizzo, ETS Editori, 2013). Dans le cadre d’AMAPOL, il analyse le lien entre sacrifice chrétien et dévouement politique, à travers quelques cas emblématiques empruntés à l’histoire du Risorgimento.

Contact: gianluca(dot)fruci(at)unipi(dot)it

 

Eduardo Higueras Castañeda (UNED)

Profesor contratado doctor en histoire contemporaine à la UNED (Madrid), il est spécialiste des cultures politiques libérales et républicaines dans l’Espagne du XIXe siècle, à travers une perspective majoritairemen t biographique. Il est notamment l’auteur de Con los Borbones, jamás. Biografía de Manuel Ruiz Zorrilla (1833-1895) (Marcial Pons, 2016) et de La pluma roja de la prensa federal. Pablo Correa y Zafrilla (1842-1888) (Editorial Universidad de Cantabria, 2023). Il a coordonné les volumes collectifs Memorias del insurreccionalismo republicano en la Restauración (Universidad de Salamanca, 2022), Activistas, militantes y propagandistas. Biografías en los márgenes de las culturas republicanas (avec Rubén Pérez Trujillano et Julián Vadillo Múñoz, Athenaica, 2021) et El republicanismo en el espacio ibérico contemporáneo: recorridos y perspectivas (avec Nicolas Berjoan et Sergio Sánchez Collantes, Casa de Velázquez, 2021, disponible en open access). Dans le cadre d’AMAPOL, il s’intéresse à la place du martyre politique dans les cultures républicaines du tournant des XIXe et XXe siècles, et à la manière dont la catégorie s’applique à des exilés politiques, à des militaires exécutés par le régime, et à l’image publique de protagonistes des mouvements anti-monarchistes, comme Manuel Ruiz Zorrilla ou Emilia Villacampa.

Contact: eduardohigueras(at)geo(dot)uned(dot)es

 

Amy C. King (Bristol)

Lecturer en histoire moderne de l’Europe à l’université de Bristol, elle consacre ses recherches aux rituels et aux discours du martyre politique dans l’Italie du XXe siècle. Sa thèse de doctorat, soutenue en 2019, est disponible en open access. Son article le plus récent, publié dans la revue Memory Studies, examine les récits du martyre créés par les communautés d’exilés italiens pro- et antifascistes aux États-Unis, durant les premières années du fascisme. Elle rédige actuellement un livre sur les mémoires d’un attentat sur une famille d’extrême-droite à Rome en 1973, connu sous le nom de Rogo di Primavalle (publication en cours chez Palgrave Macmillan).

Contact: amy(dot)king(at)bristol(dot)ac(dot)uk

 

Dino Mengozzi (Urbino)

Professore ordinario d’histoire contemporaine à l’Università di Urbino Carlo Bò, aujourd’hui pensionné, il a travaillé sur le traitement des corps dans les religions civiles en Italie, du Risorgimento au fascisme. Parmi ses ouvrages publiés: Lenin e Oriani. Il “corpo sacro” del leader nelle religioni politiche del Novecento (Il Ponte Vecchio, 2021), Il corpo di Garibaldi. Reliquie laiche e taumaturgia politica nell’Italia dell’Ottocento (FrancoAngeli, 2021) et Corpi posseduti. Martiri ed eroi dal Risorgimento a Pinocchio (Piero Lacaita, 2012). Ses travaux actuels portent sur le rôle du corps des martyrs dans la politique italienne de la deuxième moitié du XXe siècle.

Contact: dino(dot)mengozzi(at)uniurb(dot)it

 

Magalie Myoupo (Metz)

Magalie Myoupo est maîtresse de conférences en langue et littérature française à l’université de Lorraine, au sein du centre de recherche Ecritures (EA 3943). Elle est spécialiste des liens entre représentations religieuses et revendications politiques dans les œuvres relevant du romantisme social et du naturalisme. Elle est l’autrice d’articles portant sur la question des martyrs scientifiques (La Découverte scientifique dans les arts, 2018) ou sur les modèles religieux mis en œuvre au sein d’écrits relatifs aux révolutions, qu’il s’agisse de roman (“Les modèles religieux dans Mauprat de Sand. Trompe-l’œil ou évangile éternel ?”, Relire Mauprat, 2020) ou de travaux d’historiens (“Ambiguïtés d’une lecture religieuse. La question de l’orthodoxie révolutionnaire chez Michelet”, Déchiffrer la tempête. Michelet et la Révolution française, à paraître fin 2023). L’ouvrage tiré de sa thèse de doctorat est à paraître aux Presses universitaires de Lyon dans la collection “Littérature et idéologie” début décembre 2023 et sera intitulé Des saints laïques. Figures exemplaires dans la littérature du XIXe siècle.

Contact: magalie(dot)myoupo(at)univ-lorraine(dot)fr

 

Teresa Maria e Sousa Nunes (Lisbonne)

Profesora auxiliar à la Universidade Nova de Lisboa, membre de l’IHC, elle est spécialiste des mouvements monarchistes et républicains au Portugal, à la fin du XIXe et au début du XXe siècle. Elle a défendu en 2011 une thèse de doctorat intitulée Ideário Republicano de Ezequiel de Campos (1900-1919) et a notamment publié des biographies d’acteurs politiques portugais comme le républicain António Granjo, l’écrivain Carlos Malheiro Dias ou la princesse Amélie de Bragance. Dans le cadre d’AMAPOL, ses travaux portent sur la construction du martyrologe républicain au Portugal entre 1891 et 1926: ils explorent les définitions du martyre, dans le contexte du républicanisme portugais, la construction du martyrologe par la propagande, les martyrs de la révolution d’octobre 1910, et les nouveaux martyrs de la république portugaise (1910-1926).

Contact: teresa(dot)nunes(at)campus(dot)ul(dot)pt

 

Anélie Prudor (Madrid)

Docteure en anthropologie sociale et historique (2021), Anélie Prudor est actuellement postdoctorante à la Casa de Velázquez (École des hautes études hispaniques et ibériques). Dans sa thèse, España en el corazón“. Travailler les mémoires transfrontalières de l’Espagne républicaine : acteurs, enjeux et processus (Sud-ouest français/Aragon), elle a analysé les mises en mémoire à l’œuvre au sein de deux réseaux interassociatifs qui réunissent des militants français et espagnols revendiquant les mémoires d’un ensemble d’événements rattachés à la guerre d’Espagne et à ses conséquences (dictature, lutte antifranquiste, exil en France, etc.). Dans cette recherche, en privilégiant une approche par la frontière – et le transfrontalier – elle a pu analyser les supports, les outils et les freins qui permettent aux acteurs de dessiner constamment un espace mouvant et dynamique destiné à accueillir ces mémoires tout autant qu’à les (re)définir. Afin d’étendre cette interrogation vers le transnational, elle s’intéresse désormais aux usages politiques des mémoires de la Seconde Guerre mondiale sur le territoire espagnol, notamment au travers des figures des déportés vers les camps nazis. La notion de « martyre politique » et la « figure du martyr politique » traversent les investigations réalisées ou en cours. Au sein d’AMAPOL, elle propose d’examiner les mobilisations différenciées de cette terminologie par des acteurs pluriels, leurs objectifs et leurs effets afin de saisir les enjeux croisés qui se révèlent, se recoupent et, parfois, entrent en conflit.

Contact: a(dot)prudor(at)gmail(dot)com

 

Francisco Javier Ramón Solans (Saragosse)

Chercheur “Ramón y Cajal” à la Universidad de Zaragoza, il travaille sur les relations entre politique et religion à l’époque contemporaine, particulièrement sur les dévotions à la Vierge, sur les prophéties politiques et sur la diffusion de l’ultramontanisme. Docteur des universités de Saragosse et de Paris 8, il a effectué divers séjours postdoctoraux en Allemagne, aux États-Unis et en France et a notamment publié La Virgen del Pilar dice… Usos políticos y nacionales de un culto mariano en la España contemporánea (Prensas de la Universidad de Zaragoza, 2014), Historia global de las religiones en el mundo contemporáneo (Alianza Editorial, 2019) et Más allá de los Andes. Los orígenes ultramontanos de una Iglesia latinoamericana (1851-1910) (Universidad del País Vasco, 2020). Il a coordonné les ouvrages Marian Devotions. Political Mobilization and Nationalism in Europa and America (avec Roberto Di Stefano, Palgrave Macmillan, 2016), El Desafío de la revolución. Reaccionarios, antiliberales y contrarrevolucionarios (siglos XVIII y XIX) (avec Pedro Rújula, Comares, 2017) et Weltreligion im Umbruch. Transnationale Perspektiven auf das Christentum in der Globalisierung (avec Olaf Blaschke, Campus Verlag, 2018). Dans le cadre d’AMAPOL, il s’intéresse aux transformations d’un lieu de mémoire du martyre à Saragosse, la croix du Coso: souvenir des martyrs de l’époque romaine, il est réinventé comme monument à la double mémoire des martyrs de la religion et de la patrie.

Contact: fjramon(at)unizar(dot)es

 

Pedro Rújula (Saragosse)

Catedrático en histoire contemporaine à la Universidad de Zaragoza, il est spécialiste d’histoire politique de l’Espagne de la première moitié du XIXe siècle, qu’il envisage particulièrement du point de vue de la contre-révolution. Son dernier livre s’intitule Religión, Rey y Patria. Los orígenes contrarrevolucionarios de la España contemporánea 1793-1860 (Marcial Pons, 2023, présentation sur le carnet d’AMAPOL à ce lien). Parmi des publications nombreuses, il est notamment l’auteur de El Trienio liberal. Revolución e independencia 1820-1823 (avec Manuel Chust, Catarata, 2020) et a récemment coordonné les ouvrages El Trienio liberal (1820-1823). Bálance y perspectivas (avec Ivana Frasquet et Álvaro París, Prensas de la Universidad de Zaragoza, 2022), El Trienio liberal (1820-1823). Una mirada política (avec Ivana Frasquet, Comares, 2020) et El desafío de la revolución. Reaccionarios, antiliberales y contrarrevolucionarios (siglos XVIII y XIX) (avec F.J. Ramón Solans, Comares, 2017). Il coordonne le programme ministériel I+D “La dimensión popular de la política en la Europa meridional y la América latina 1789-1898” (2020-2024) et est directeur des Prensas de la Universidad de Zaragoza.

Contact: rujula(at)unizar(dot)es

 

David San Narciso Martín (Madrid)

Profesor ayudante doctor à la Universidad Complutense, il est docteur en histoire contemporaine (2020) et a réalisé divers séjours de recherche en France, en Grande-Bretagne et au Portugal. Ses travaux portent sur l’histoire politique et culturelle de l’Espagne au XIXe siècle, dans une perspective à la fois transnationale et comparée. Il s’est intéressée à la cour comme espace de pouvoir informel et aux ritualités politiques pendant la construction de l’État-nation espagnol. Il travaille actuellement sur les masculinités au XIXe siècle, à partir du modèle de domesticité bourgeoise. Auteur du volume La monarquía en escena. Ritualidad pública y legitimidad política en el liberalismo español 1814-1868 (CEPC, 2022, édition remaniée de sa thèse de doctorat), il a codirigé les ouvrages Monarchy and Liberalism in Spain. The Building of the Nation-State 1780-1931 (avec Margarita Barral et Carolina Armenteros, Routledge, 2021) et La cuestión de palacio. Corte y cortesanos en la España contemporánea (avec Raquel Sánchez, Comares, 2018).

Contact: davsanna(at)ucm(dot)es

 

Vincenzo Scamardella (Aix-Marseille)

Doctorant en anthropologie à Aix-Marseille Université, membre du laboratoire IDEMEC et titulaire d’un contrat doctoral de la Casa de Velázquez, il s’intéresse à la visualisation du religieux et aux dévotions laïques. Sa thèse dirigée par Cyril Isnart porte sur les constructions sacrées autour de la vie et de l’action miraculeuse du médecin portugais José Thomas de Sousa Martins (1843-1897). Il étudie l’évolution des dévotions sur le long terme, des pratiques matérielles du culte à leur projection visuelle et numérique. Dans le cadre d’AMAPOL, il s’intéresse à la construction des vies exemplaires et aux pratiques d’édification.

Contact: vincenzo(dot)scamardella(at)casadevelazquez(dot)org

 

Christina Theodosiou (Athènes)

Docteure en histoire contemporaine de l’Université Paris 1, chercheuse postdoctorale à l’Université Nationale et Capodistrienne d’Athènes, elle est spécialiste d’histoire politique, d’histoire des mémoires collectives et d’histoire de la mort, particulièrement dans la France du début du XXe siècle. Elle a notamment publié Le deuil inachevé. La commémoration de l’armistice du 11 novembre 1918 en France dans l’entre-deux-guerres (Éditions de la Sorbonne, 2018). Dans le cadre d’AMAPOL, elle s’intéresse à la figure du martyr politique dans la société française méridionale des premières décennies du XXe siècle. Elle a récemment analysé, dans un article à paraître, les usages politiques de la mort de Louis Vian et d’Éphrem Ville, militants catholiques marseillais, en marge d’une réunion contre la politique laïque du gouvernement d’Édouard Herriot, en février 1925.

Contact: christinatheodosiou(at)gmail(dot)com

 

 

Lluis Ferran Toledano González (Barcelone)

Professeur à l’Universitat Autònoma de Barcelona, il est spécialiste de la contre-révolution carliste, de la construction des mémoires nationales, d’histoire parlementaire et des discours sur la corruption. Ses publications les plus récentes ont porté sur la culture institutionnelle de l’anti-libéralisme, sur la désacralisation des monarchies, les formes et les pratiques de la corruption en Espagne. Il est notamment l’auteur de La Catalunya dels furs carlins. 1 de novembre de 1874 (Rosa dels Vents, 2022) et a codirigé Las sombras de la transparencia. Secreto, corrupción y “Estado profundo” en la Europa contemporánea (avec Frédéric Monier, Joan Pubill et Gemma Casals, Comares, 2022) et La corrupción política en la España contemporánea. Un enfoque interdisciplinar (en coédition, Marcial Pons, 2018). Dans le cadre d’AMAPOL, il s’intéresse au martyrologe carliste (poids de la violence, du catholicisme politique, ancrage local, national et international), au martyrs de l’anti-corruption, à travers la monographie qu’il consacre au scandale du marquis de Cabriñana, et aux panthéons provinciaux de martyrs (comparaison entre le panthéon national espagnol et celui de la Renaixença catalane).

Contact: LluisFerran(dot)Toledano(at)uab(dot)cat

 

María Zozaya (Évora)

Docteure de la Universidad Complutense (2008), María Zozaya est chercheuse au centre CIDEHUS de l’université d’Évora, spécialiste d’histoire sociale et culturelle de la péninsule Ibérique au XIXe siècle et dans la première moitié du XXe siècle. Ses travaux portent sur les espaces de sociabilité et de loisirs en Espagne et au Portugal, sur les prisonniers de guerre pendant les guerres napoléoniennes, sur les patrimoines politiques et sur l’histoire des émotions. Son dernier article, publié dans la Human Review, porte sur les attentats symboliques à des statues au XIXe siècle.

Contact: mzozayam(at)uevora(dot)pt

 

Rafael Zurita Aldeguer (Alicante)

Catedrático en histoire contemporaine à la Universidad de Alicante, il consacre ses travaux depuis une dizaine d’années à l’histoire sociale et culturelle de la guerre d’Indépendance en Espagne et à l’histoire publique de la période. Il dirige la publication des sites Guerra e Historia pública. GeHP et Paisajes de guerra. PAdGUE, tous dotés d’espaces de diffusion sur Facebook, Twitter et Youtube. Il est notamment l’auteur de Europa en la época de Napoleón (Síntesis, 2019) et a coordonné l’ouvrage collectif La Guerra de la Independencia española. Memoria, paisajes e historia digital (Comares, 2022). Dans le cadre d’AMAPOL, il s’intéresse au rôle des lieux de mémoire pour comprendre la construction du nationalisme espagnol, à travers les champs de bataille de la guerre d’Indépendance.

Contact: rafael(dot)zurita(at)ua(dot)es

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search