Appel à articles/Convocatoria- Mémoires transnationales des révolutions au XIXe siècle (1820-1871)

Ci-dessous un appel à articles, en français, pour un dossier thématique de la revue Source(s) intitulé Mémoires transnationales des révolutions au XIXe siècle (1820-1871). Les propositions d’articles pourront être envoyées jusqu’au 15 décembre 2023 aux deux coordinateurs du numéro, Nicolas Bourguinat et Alexandre Dupont (voir modalités de soumission ci-dessous).

Aquí abajo la convocatoria en francés para un dossier temático de la revista Source(s), titulado Mémoires transnationales des révolutions au XIXe siècle (1820-1871). Las propuestas podrán enviarse hasta al 15 de diciembre de 2023 a los dos coordinadores del dossier, Nicolas Bourguinat y Alexandre Dupont (véase las modalidades de entrega abajo).

Mémoires transnationales des révolutions au XIXe siècle (1820-1871) Dossier thématique de la revue Source(s)

Coordination : Nicolas Bourguinat (UR3400 ARCHE) Alexandre Dupont (UR3400 ARCHE)

Le dossier concerné par cet appel à contributions porte sur les phénomènes mémoriels engendrés par les épisodes révolutionnaires par-delà les frontières au cours des décennies centrales du XIXe siècle. Il s’inscrit dans deux champs historiographiques qui font l’objet de travaux renouvelés ces dernières années : d’une part, l’étude des mémoires d’événements politiques intenses – révolutions, guerres civiles, etc (1) – envisagées sur le temps long ; d’autre part, l’approche transnationale du politique, qui a été particulièrement mobilisée concernant le XIXe siècle européen et atlantique (2). À notre connaissance, ces deux champs n’ont pourtant guère fait l’objet d’une approche croisée pour le XIXe siècle : il existe des analyses portant sur le rôle de la mémoire révolutionnaire dans le maintien de l’engagement dans l’exil, en particulier s’agissant des exilés républicains de 1851 (3) ou des proscrits italiens du Risorgimento (4), mais les phénomènes mémoriels transnationaux liés aux révolutions du XIXe siècle n’ont pas été étudiés pour eux-mêmes (5).

C’est ce à quoi aspire le présent dossier.

La chronologie retenue, des lendemains de la défaite napoléonienne à l’avènement généralisé des États-nations libéraux, englobe plusieurs cycles révolutionnaires : le cycle méditerranéen et américain de 1820-1823 ; la révolution de Juillet et ses répercussions européennes ; le Printemps des peuples ; les bouleversements qui marquent les global sixties, sans exclusive. L’espace géographique considéré est avant tout l’espace atlantique, qui constitue aujourd’hui un cadre cohérent d’analyse des phénomènes révolutionnaires du XIXe siècle, comme l’ont montré plusieurs travaux, mais les contributions qui intègreront les espaces coloniaux – théâtres secondaires mais importants de ces cycles révolutionnaires et espaces privilégiés de la relégation et de la déportation des opposants politiques – seront bienvenues.

La thématique du dossier permet des approches variées. Il s’agit bien sûr d’interroger les mémoires des épisodes révolutionnaires entretenues par des acteurs de ces révolutions qui ont ensuite quitté leur pays – souvent pour échapper à la répression politique. Mais on pourra aussi s’intéresser aux mémoires que tel ou tel épisode révolutionnaire a engendrées à l’étranger, dans la mesure où les opinions publiques du monde atlantique au XIXe siècle prêtent attention à l’actualité internationale. Un autre angle d’appréhension consiste à s’intéresser aux processus mémoriels qui mettent en avant des épisodes révolutionnaires envisagés dans leur caractère transnational – on pense en particulier ici au Printemps des peuples. La question de la mémorialisation se prête elle aussi à des analyses diverses : cette mémoire peut être individuelle ou collective, privée ou publique, interne ou tournée vers l’extérieur ; elle peut viser à célébrer un épisode révolutionnaire, mais aussi à en déplorer l’échec ou à en proposer un bilan critique ; le rapport entre regard rétrospectif et action politique diffère selon les individus et les groupes, et la mémoire peut être partie prenante d’une remobilisation comme elle peut accompagner l’abandon de la lutte et le retrait de la scène politique. Dans tous les cas, l’ambition de ce dossier est de décloisonner l’appréhension du phénomène mémoriel autour des révolutions du XIXe siècle, souvent envisagé dans une perspective nationale, et de montrer que ces constructions mémorielles sont tout autant marquées par les circulations, les transferts et les échanges que les épisodes révolutionnaires qui sont leur objet.

Les propositions d’articles (2000 signes environ), accompagnées d’une brève notice bio-bibliographique, devront être envoyées à Nicolas Bourguinat (bourguin@unistra.fr) et Alexandre Dupont (alexandre.dupont@unistra.fr) pour le 15 décembre 2023. Une réponse sera donnée fin janvier 2024 et les articles retenus devront être remis au 1er septembre 2024 pour une publication prévue courant 2025 dans la revue Source(s) (https://www.ouvroir.fr/sources/). La revue prévoit une expertise en double aveugle pour les articles.

(1) Deux parutions récentes : Anne Rolland-Boulestreau et Bernard Michon (dir.), Des guerres civiles du XVIe siècle à nos jours : usages et enjeux des mémoires, Rennes, Presses universitaires de Rennes, 2022 ; Sylvie Aprile et Hervé Leuwers (dir.), Révolutions et relectures du passé : XVIIIe-XXe siècle, Villeneuve-d’Ascq, Presses universitaires du Septentrion, 2023.

(2) Concernant les « cycles » révolutionnaires du XIXe siècle, on peut citer les ouvrages récents de Maurizio Isabella, Southern Europe in the age of revolutions, Princeton, Princeton University Press, 2023 et de Christopher Clark, Revolutionary Spring: Fighting for a New World, 1848-1849, Londres, Penguin, 2023. On renverra aussi à Quentin Deluermoz, Emmanuel Fureix et Clément Thibaud (dir.), Les mondes de 1848. Au-delà du printemps des peuples, Ceyzérieu, Champ Vallon, 2023.

(3) Sylvie Aprile, Le siècle des exilés. Bannis et proscrits de 1789 à la Commune, Paris, CNRS Éditions, 2010 ; Michel Cordillot, Utopistes et exilés du Nouveau Monde. Des Français aux États-Unis de 1848 à la Commune, Paris, Vendémiaire, 2013.

(4) Maurizio Isabella, Risorgimento in exile : Italian émigrés and the liberal international in the post-Napoleonic era, Oxford, New York, Oxford University Press, 2009 ; Catherine Brice, « Les monuments de papier. Exil, archives et politique après le Quarantotto », dans Arianna Arisi Rota et Bruno Ziglioli (dir.), La Repubblica per passione. Studi dedicati a Marina Tesoro, Pise, Pacini, 2020, p. 66-79.

(5) Voir toutefois certaines des contributions de Konstantina Zanou et Maurizio Isabella (dir.), Mediterranean Diasporas. Politics and Ideas in the Long 19th Century, Londres, Bloomsbury, 2016.


OpenEdition vous propose de citer ce billet de la manière suivante :
Pierre-Marie Delpu (2 octobre 2023). Appel à articles/Convocatoria- Mémoires transnationales des révolutions au XIXe siècle (1820-1871). Aspects du martyre politique. Consulté le 21 juillet 2024 à l’adresse https://doi.org/10.58079/b0e9


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search