Publication/Publicación- Qui pose les questions mémorielles?

Le dernier livre de la sociologue et politiste Sarah Gensburger, spécialiste des questions mémorielles et du souvenir de la Shoah (elle a notamment publié sur ces questions Beyond Memory. Can We Really Learn from the Past?, en coédition avec Sandrine Lefranc), Qui pose les questions mémorielles?, vient de paraître chez CNRS Éditions. La perspective de l’ouvrage est d’interroger les mémoires au prisme de leurs acteurs, tout en les replaçant dans les logiques de l’action publique. Il se situe donc au croisement de débats sociaux nombreux autour des usages politiques du passé, qui sont l’objet des travaux de la Memory Studies Association dont Sarah Gensburger est présidente. De telles perspectives peuvent notamment éclairer les débats actuels sur la Ley de Memoria democrática espagnole (voir cet article de Gutmaro Gómez Bravo, qui contextualise la loi et les enjeux dont elle est porteuse, ou la pétition signée par 15 historiens et historiennes de l’université de Saragosse, contre les dérogations prévues à cette même loi en Aragon).

La editorial CNRS Éditions acaba de publicar el último libro de la socióloga francesa Sarah Gensburger, especializada en los asuntos memoriales y en el recuerdo público de la Shoah, que ya coordinó en esos mismos temas, entre publicaciones muy numerosas, Beyond Memory. Can We Really Learn from the Past?, junto con Sandrine Lefranc). Bajo el título Qui pose les questions mémorielles?, el libro pretende estudiar las memorias enfocándose en los actores que las construyen, reponiéndoles en las lógicas de la acción pública. El libro se sitúa así a la encrucijada de debates sociales numerosos, que han dado lugar a las reflexiones de la Memory Studies Association de que Sarah Gensburger es la presidente actual. Tales perspectivas también pueden aclarar los debates actuales sobre la Ley de Memoria democrática en España (véase este artículo de Gutmaro Gómez Bravo, que contextualiza la ley y los desafíos que conlleva, o el manifiesto firmado por quince historiadores/as de la Universidad de Zaragoza, en contra a las derogaciones a dicha ley en Aragón).

Présentation/Presentación

Depuis plusieurs décennies, le langage de la « mémoire » est devenu dominant pour dire les rapports sociaux au passé. « Demandes sociales de mémoire » et « concurrence des mémoires » se seraient substituées au grand récit national, plaçant les pouvoirs publics en position d’arbitre entre des aspirations éclatées et rivales.
C’est cette vision convenue, source de tant d’articles, de rapports ou d’essais, que cette vaste enquête entend mettre à l’épreuve des faits. Qui pose les questions mémorielles ?
Quels sont les acteurs et les actrices qui parlent de « mémoire » au sein de l’État ou en relation avec lui ? Depuis quand, à propos de quoi et de quelles manières ? Avec quelles réalisations concrètes et quels résultats ?
Multipliant les points d’observation, ce travail retrace l’émergence de la mémoire comme secteur d’action publique, ouvre la « boîte noire » de l’État, interroge la constitution et le développement des associations mémorielles, étudie les pratiques mises en œuvre à différents niveaux et questionne leurs effets attendus – ou inattendus. Autant de facettes d’une véritable sociologie de la mémoire qui prend le contrepied de nombre d’évidences partagées.


OpenEdition vous propose de citer ce billet de la manière suivante :
Pierre-Marie Delpu (22 septembre 2023). Publication/Publicación- Qui pose les questions mémorielles? Aspects du martyre politique. Consulté le 21 juillet 2024 à l’adresse https://doi.org/10.58079/b0e1


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search